Infiltrometrie


 

Les exigences d’étanchéités à l’air de l’enveloppe déjà associées à l’obtention du label BBC Effinergie, sont en toute logique entérinées par la RT 2012, et constituent pour les entreprises le principal enjeu de la mise en œuvre des bâtiments. La perméabilité à l’air se quantifie par la valeur du débit de fuite traversant l’enveloppe sous un écart de pression donnée. En France, le Q4 Pa-Surf est l’indicateur principal de la mesure: C’est la perméabilité à l’air sous une dépressurisation de 4 pascals, exprimé en m³/(h.m²) rapporté à l’air de l’enveloppe hors planchers bas.

Rendre étanche à l’air l’enveloppe d’un bâtiment, ne veut pas dire que le renouvellement d’air nécessaire pour l’hygiène de vie des occupants n’est pas pris en compte, mais il est maîtrisé.

 

 

Principe de l’étanchéité à l’air :

 

Les interfaces entre les éléments de la construction génèrent des entrées d’air parasites qui peuvent augmenter le renouvellement de l’air de 25% entraînant :

 

- Une augmentation des consommations d’énergie de l’ordre de 8 kWhep/m².an pour une maison, soit + 20%. Cela équivaut à la réduction de consommation d’énergie procurée par une installation d’ECS solaire.

 

- Une baisse des rendements de l’échangeur de chaleur de 80% à 30% de la ventilation double flux avec récupération de chaleur.

 

- Une détérioration de l’affaiblissement acoustique par rapport aux bruits extérieurs.

 

- Une sensation d’inconfort.

 

- Dans certain cas, des pathologies liées à la condensation.

 

 

Certificats

Site Mobile

Assurance

Zones de travail